Archives 2015
Les espaces naturels autour de l’ÎLE DE LA PLATIÈRE
Natura 2000 Réserve Naturelle de l'île de la Platière Especes Naturels Sensibles

Estivage remarquable d’ardéidés sur la Réserve Naturelle

De mai à octobre, l’estivage des ardéidés (hérons et aigrettes) a été tout à fait remarquable !
La quasi-totalité des espèces présentes en France ont stationné plus ou moins longtemps sur les espaces naturels protégés de l’Île de la Platière. Héron cendré {JPEG} En plus des habituels Hérons cendrés et Aigrette garzette, nicheurs dans l’île, on observe régulièrement une Grande Aigrette depuis le début de l’été, à priori non nicheuse encore cette année. Début juillet, un Blongios nain est observé sur le Vieux Rhône. Des prospections ultérieures confirmeront l’erratisme de ce jeune individu.
A partir de début août, les observations de Hérons pourprés se multiplient avec au moins 5 individus observés le même jour sur les bords du Vieux Rhône. Cette espèce a été observée jusqu’à mi septembre sur la Réserve. Quelques Bihoreau gris ont également été observés ponctuellement au début du mois d’août. Par la suite, un Butor étoilé et un Crabier chevelu (photographié par Vincent Palomares) ont été notés au sud de la Réserve. Le butor a été d’abord noté furtivement lors d’un affût castor en canoë avant d’être observé de nouveau en journée entre Serrières et Sablons, observation remarquable pour cette espèce très farouche. Le crabier a stationné quelques jours au niveau des mêmes sites et à la même période. Pour finir de compléter la liste, trois Hérons garde-boeufs sont observés mi septembre en compagnie des vaches au bord du Rhône.

Si toutes ces espèces avaient déjà été notées sur la Réserve, l’année reste remarquable tant par le nombre d’espèce que par les effectifs de chacune d’entre elles par espèces.
Ces observations peuvent être liées à une reproduction très importante de grenouilles sur l’ensemble du site, ce qui constitue un véritable garde-manger pour ces espèces. Cette reproduction exceptionnelle d’amphibiens peut quant à elle être liée à l’augmentation du débit réservé (débit minimal) qui a entraîné la mise en eau de nombreuses mares favorables à ces espèces à proximité du Vieux Rhône.

Vous aussi, participez et envoyez-nous vos observations par mail !